BarbAcadabra

Blablabla.... blablabla !

22 mars 2009

Quand j'étais malade

nombrilou

Quand j'étais petite et que j'étais malade, c'était génial. Assez paradoxal comme phrase me direz-vous ! Je restais en pyjama toute la journée, j'avais le droit de squatter la chambre de papa et maman spécialement aménagée pour l'occasion, à savoir petit verre d'eau sur la table de nuit, mon Nombrilou collé contre moi (Nombrilou était mon nounours fétiche), cassettes de Tom et Jerry dans le magnétoscope, albums de « Martine » à portée de mains. En particulier celui de « Martine est malade », évidemment. Je l'ai lu, re-lu et re-re-lu, au point qu'encore aujourd'hui, je me remémore parfaitement les dessins. Et puis Maman me sortait de son armoire un petit mouchoir propre tout repassé qui sentait la lavande (car je suçais mon pouce avec un petit mouchoir en tissu qui devenait très vite gris et nauséabond... enfin ça, c'est ce que EUX disaient...). Et puis Maman allait à la librairie et me ramenait un petit magazine avec plein de jeux, d'histoires et de coloriages.

Et puis il y avait surtout le riz au lait. Dès qu'on était malade, Maman faisait du riz au lait. C'était tellement systématique que dès que j'ai un pet de travers, j'ai envie de riz au lait ! Et pour le dîner, elle nous faisait de la purée avec du jambon mouliné dedans, juste avant l'Aspegic poussiéreux que je mettais 1/4 d'heure à boire à la paille. Quand ma grande soeur rentrait de l'école, elle se dépêchait de faire ses devoirs pour me rejoindre dans la chambre et profiter de tous ces petites consolations avec moi.

Quand j'étais petite et que j'étais malade, c'était bien. Maman rendait tout tellement bien !

Aujourd'hui, ça a bien changé. C'est vendredi, et je suis malade. Complètement mala-deuuu. J'ai même loupé le travail, dis-donc. J'ai la grippe, doublée d'une rhinopharyngite. Comme si ça ne suffisait pas. La grippe, la vraie, celle qui fait que même taper sur un clavier te fait mal aux doigts. Celle qui fait que tu as chaud, froid, mal partout, la tête dans un étau, et une fatigue ! Je pourrais dormir des jours ! D'ailleurs c'est ce que je fais. Quant à la rhino, c'est la vraie aussi. Je tousse comme une tondeuse à gazon, je suis sourde comme un pot, je me mouche comme une cocotte-minute prête à exploser, j'ai la voix de Marge Simpson, les yeux gros comme... ceux de Marge Simpson. Une écharpe, un jogging molletonné, une couverture polaire autour des jambes, deux paires de chaussettes 100% laine qui me font des pieds énormes. Top glamour, je vous l'dis !

Si j'étais aussi douée que ma Maman, je me ferais du riz au lait et de la purée, avec un bon « Martine ». Au lieu de ça, j'engloutie des soupes toutes prêtes, je regarde la téléréalité et je me plains… Ah la jeunesse ! C’est plus ce que c’était !

Posté par BarbAcadabra à 22:05 - Abraca... bla bla ! - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Bonjour!
    je découvre et j'aime bien! le nombrilou a fait ressurgir plein de souvenirs...

    Posté par cétoile, 19 mai 2010 à 11:35
  • Merci Cétoile pour ta visite ! Je débute sur canalblog, j'espère que tout cela prendra forme petit à petit !
    Ton blog est bien sympathique... et en tant que fan de ce Nombrilou si méconnu, je ne peux que te référencer dans ma liste !

    Posté par Barbalala, 19 mai 2010 à 21:24
  • le mien avait les yeux fermés...au début ça m'embêtait d'ailleurs!
    Viva les nombriloux

    Posté par cétoile, 19 mai 2010 à 21:42
  • Ah ah ! Le mien faisait la lippe !!!! Moi aussi ça m'embêtait, c'est étrange un ourson qui a l'air tristounet.... !!!! j'avais beau le consoler, rien n'y faisait. Frustrant...

    Posté par Barbalala, 20 mai 2010 à 00:39

Poster un commentaire