BarbAcadabra

Blablabla.... blablabla !

26 mai 2010

Palais russes !

Une petite étoile en carton kraft
à décorer, achetée chez Truffaut,
ne demande qu'à briller !

petit10

Un assortiment de petit papiers de soie décorés,
un pinceau et du vernis-colle...
lui donneront une seconde vie !

petit1

Le final est... éclectique, folklorique, so chic !

petit8  petit7
Ces couleurs m'inspirent...
J'enchaîne sur le relooking
d'un miroir en bois brut très travaillé...

petit11

La forme m'évoque les toits colorés des Palais russes...

placerouge

Papiers bariolés, rubans collés,
petits miroirs mosaïques et strass colorés... le tour est joué !

petit3 P1090836



Ce petit coffret à bijoux subira le même sort...

ABOIC4C_1

petit4  petit5

Absolument déconseillé : le "total look"  !
Sauf pour la photo... évidemment ;)

petit9

Posté par BarbAcadabra à 23:01 - Abracada...bricole ! - Commentaires [2] - Permalien [#]

Imprimés printanniers !

Les beaux jours se font désirer...
mais les imprimés fleuris n'ont pas attendu le soleil.
C'est frais, c'est doux, c'est romantique...
à accessoiriser à volonté
pour ne pas sombrer dans la mièvrerie !

petit9

petit1   petit2
Un vent de "liberty" souffle sur ma garde-robe !
A 10 ans, j'ai boycotté ces imprimés
portés pendant toute ma petite enfance.
Le col Claudine a disparu,
mais les petites fleurs n'ont pas changé !
20 ans plus tard, je revoie mes positions...
Va expliquer ça à maman !

petit3   petit4
Des fleurs, des froufrous, des broderies
et des dentelles délicates...
Laura Ingalls n'a qu'à bien se tenir !

petit5  petit6
Petit coup de cœur pour ce joli dos nu
et ses perles kitchs qui font mouche
et viennent casser une allure trop sage !

petit7  petit8
J'ai craqué pour cette tunique gris souris
vite transformée en "IT" de mon dressing.
Valeur sûre portée sur un simple jean,
à décliner en toute occasion,
en toute saison,
avec ou sans talons !

Posté par BarbAcadabra à 22:28 - Abracad...habits ! - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 mai 2010

A l'heure du goûter !

Petit clin d'oeil au joli blog "L'heure du thé"
... voici l'heure du goûter !

Pour l'une, cakes maison et tuiles aux amandes
dans un décor doux et cosy,
pour l'autre,
oursons guimauves et Oreo
dans une ambiance fun et flashy !


P1090813petit

P1090816petit5

Ma boîte à oursons guimauves de la fameuse
collection de 100drine.... Je l'aime, je l'aime !


P1090814petit3          P1090808petit2    

Un de mes cadres de l'illustratrice Piu ("Chocolat Milchats")
connue pour ses amusantes parodies publicitaires.
Allez zieuter son site ICI, c'est extra !

P1090806petit6

La boîte à biscuits est bien gardée
par un Barbapapa gourmand et bienveillant...

P1090810petit7    P1090815petit4

Moustaches de chocolat de rigueur, et miettes autorisées !

Posté par BarbAcadabra à 00:25 - Abraca...déco ! - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mai 2010

P'tits Biscuits... à croquer !

 P1050238

Deux délicieux petits biscuits à la fleur d'oranger réalisés dans des petits moules en silicone !
Recette : 100g de sucre mélangés à 3 jaunes d'oeufs, 100 g de beurre fondu, 50 grammes de farine et 3 blancs battus en neige. La touche finale qui fait toute la diff : 1 bouchon d'eau de fleur d'oranger...

Posté par BarbAcadabra à 20:31 - Abracada... miam ! - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 mai 2010

Poupée russes !

Couleurs acidulées et gourmandes
autour du thème tendance des
"poupées russes"
pour ce petit tableau pour chambre de petite fille...


17558_1193075198337_1572120377_30491966_4056005_n

Petites silhouettes de bois (que je ne trouve plus nulle part !), papiers décorés, jolis rubans et attaches parisiennes customisées disposées sur une toile couleur lin... et le tour est joué !

                rub_matriochka_farb_200       rub_matriochka_farb_R200
                         

Des petits rubans trouvés sur le site L'atelier de Kitty (dans les liens colonne de droite !). Forcément, j'ai craqué !


Posté par BarbAcadabra à 21:11 - Abracada...bricole ! - Commentaires [1] - Permalien [#]

Verrines fraîcheur au tartare de saumon !

verrines

Une petite entrée gourmande, fraîche, simple à réaliser... et du plus bel effet !

Ingrédients (pour 6 personnes) :
- 2 gros filet de saumon frais
- 1 concombre coupé en petits dés
- une douzaine de tomates cerises
- 50 ml de jus de citron
- 25 ml de jus de jus de citron vert
- 1 brin d'aneth
- sel poivre
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
- 1 briquette de crème liquide entière

Préparation :
Préparez le concombre. Rincez-le et épluchez-le entièrement à l'aide d'un économe.
Coupez le afin de ne garder que la chair croquante. Puis détaillez en dés. Coupez les tomates cerises en petits dés.
Mettez le concombre et les tomates dans des récipients séparés et mettez-les au réfrigérateur.
Coupez votre saumon en gros cubes d'un bon centimètre. Ajoutez au saumon, le jus de citron et de citron vert et l'huile d'olive. Mélangez bien le tout.Mettez au réfrigérateur.
Il est temps de préparer vos verrines.Mettez une petite couche de concombre, puis une bonne couche de saumon, puis une autre couche de concombre et tout au dessus, placez vos tomates cerises et un petit peu d'aneth.
Montez la crème liquide en chantilly en fouettant. Salez, poivrez. Finissez votre verrine avec une bonne couhce de cette chantilly. Décorez avec une pincée de paprika doux.
 

Posté par BarbAcadabra à 20:00 - Abracada... miam ! - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mai 2010

Petit Filleul deviendra (trop) grand

Il y a à peine un mois de cela, j'ai organisé un après-midi "filleul-marraine" pour les 12 ans de mon cher pré-ado de "Petit-Filleul".

Lorsque Petit-Filleul était petit, c'est-à-dire jusque l'année dernière, c'était facile. Je l'emmenais au spectacle, au jardin d'acclimatation, à la cité des enfants, au cinéma... Avec pop-corn, Coca et tout le toutim. La sortie se poursuivait par un passage obligé par le magasin de jouets siglé  "la souris aux grandes oreilles". La consigne étant : "Tu peux choisir un PETIT cadeau à 15€ maxi. Marraine est pauvre, tu sais, elle est étudiante." Finalement, Petit-Filleul repartait toujours avec un cadeau qui avait coûté le double car j'avais vraiment honte de le voir repartir avec un cadeau ridicule de 15 € (chez la souris à grandes oreilles, c'est le prix d'une sucette). Enfin, plus que la honte, c'est surtout la peur de le voir devenir bleu qui faisait que je doublais le budget initial. Comme l'année de ses 3 ans 1/2 où il a serré dans ses petits bras le plus grand fusil du magasin (celui à 45 euros) en me disant "si tu me prends pas çui-là, j'arrête de respirer".... Cette semaine-là, j'ai dû me contenter d'un sandwich "U" à 1,20€ à chaque déjeuner. Bref, nous rentrions au parking et je ramenais Petit-Filleul jusqu'à chez lui, en rassurant sa maman ("oui, oui, il a bien écouté, oui, oui, il est très bien élevé"). Je repartais pas très fière de moi, en doutant sur ma sincérité envers ma meilleure amie et sur mes futures qualités de mère autoritaire... jusqu'à l'année d'après (en fait, jusqu'à Pâques).

Mais Petit-Filleul est entré au collège. Aujourd'hui, tout ce petit manège ne rimerait plus à grand chose et le jouet, même le plus grand et le plus cher chez la souris milliardaire, n'aurait plus grand intérêt pour lui. Il a donc fallu improvisé les choses autrement.

Je suis venue le chercher dans l'après-midi, en anticipant le fait que le soir tombait vite et qu'à 17h30, il aurait l'impression de faire une sortie nocturne avec sa marraine "trop cool" et pourrait trouver ça "trop d'la balle". La destination n'était pas un parc d'attraction mais un magasin de livres, CD, DVD... agitateur de curiosités soi-disant. L'objet de notre quête : un "Naï-Chose" qui permet de stocker 4 gigas de musique et de vidéos et de se déhancher en ombre chinoise sur un fond de décor fluorescent (you se what I mean ?).

Pour s'y rendre, nous avons pris ma voiture. C'est la première année qu'il montait "devant" avec moi. Nous avons eu des conversations passionnées sur Audrey, Chloé et autre Manon (l'ex de Théo avec qui elle a rompu "parce qu'elle avait la bouche toute mouillée quand il lui faisait des bisous... beeeerk mais lol lol lol"). D'Audrey qui lui faisait des bisous pendant le bal de fin d'année et qui lui avait promis de venir tous les week-end en TGV quand il déménagerait. (L'occasion pour moi d'apprendre qu'il y a des TGV entre un petit patelin perdu de Seine-et-Marne et un trou isolé du fin fond de l'Aisne. Tiens donc...). On a aussi visionné une vidéo sur son portable où on pouvait entendre un tas de pré-ado gloussant devant la fameuse Audrey faisant "des bisous sur la bouche" à Petit-Filleul.  Là, j'avoue que ça devenait un peu compliqué pour la Petite-Marraine que je suis. J'ai stoppé la conversation en passant du coq à l'âne. "Tu voudras aussi une housse pour ton Naï-Chose ?"

Après l'achat du Naï-Truc (avec housse, paiement en 3 fois, adhésion au Club-agitateur et extension de garantie), nous nous sommes rendus au Mc(Cra)Do. Manger au Mc (Cra)Do en plein après-midi me confortait dans ma position de Marraine "trop cool"  qui transgresse un peu les règles parentales. Les parents, parlons-en. "Maman, elle est relou, elle nous interdit le Nutella et les gâteaux au petit-dej". La nutrition, c'est un sujet qui me touche (en théorie en tout cas, puisque Glamour aborde le sujet chaque mois par tous les bouts). Je réenfile mon auréole et plaide en faveur de sa maman. Je lui explique la différence entre sucres rapides et sucres lents, les bonnes et les mauvaises graisses, les céréales et la pâte biscuitée. Tout cela en commandant deux menus "Best Of  Super Maxi Géant Suprême Graisse" avec un Sprite et un Coca (light pour moi).

Le repas s'est achevé plein de questions-réponses. Une vraie partie de ping-pong.

Petit-Filleul : "Tu dis que tu pas pas faire réparer ta voiture ce mois-ci. Mais tu travailles dans une MAIRIE, tu dois "gagner bien", non ?"
Moi : "Tu sais, quand on dit à la TV que les fonctionnaires sont bien payés. Et ben c'est faux.
Petit-Filleul : "C'est pour ça qu'ils se plaignent tout le temps et font la grève et ne travaillent jamais."

Moi : "Tu sais, c'est normal quand on est un couple de se disputer de temps en temps. Regarde, tu dois bien te disputer avec Audrey, toi aussi...dès fois.... Nan ?"
Petit-Filleul : "Nan."
Moi :  " Ah."

Décidément, je ne suis pas très convaincue de savoir m'y prendre pour faire passer des messages à un pré-ado.

Petit-Filleul a bien grandi. Et moi, j'oscille entre le désir de jouer la Marraine "trop cool" et celui de suivre le modèle parental. Oui mais si je me lâche, je ne dis que des bêtises, des trucs pas très fondés, et lui qui est en pleine "fondation" justement, peut-être qu'il ne comprend pas tout... et que ça peut être dangereux s'il prend tout au pied de la lettre... oui mais... il est intelligent... s'il sait pratiquer l'ironie, c'est que.... et peut-être que....

Quand je l'ai ramené chez lui, il m'a fait deux gros bisous sur chaque joue et m'a dit "c'était trop fort cette journée Marraine ! Chuis trop content !". Allez, Barbalala, arrête de philosopher. Parce qu'après tout... ça, c'est tout ce qui compte.

Posté par BarbAcadabra à 23:03 - Abraca... bla bla ! - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2009

Quand j'étais malade

nombrilou

Quand j'étais petite et que j'étais malade, c'était génial. Assez paradoxal comme phrase me direz-vous ! Je restais en pyjama toute la journée, j'avais le droit de squatter la chambre de papa et maman spécialement aménagée pour l'occasion, à savoir petit verre d'eau sur la table de nuit, mon Nombrilou collé contre moi (Nombrilou était mon nounours fétiche), cassettes de Tom et Jerry dans le magnétoscope, albums de « Martine » à portée de mains. En particulier celui de « Martine est malade », évidemment. Je l'ai lu, re-lu et re-re-lu, au point qu'encore aujourd'hui, je me remémore parfaitement les dessins. Et puis Maman me sortait de son armoire un petit mouchoir propre tout repassé qui sentait la lavande (car je suçais mon pouce avec un petit mouchoir en tissu qui devenait très vite gris et nauséabond... enfin ça, c'est ce que EUX disaient...). Et puis Maman allait à la librairie et me ramenait un petit magazine avec plein de jeux, d'histoires et de coloriages.

Et puis il y avait surtout le riz au lait. Dès qu'on était malade, Maman faisait du riz au lait. C'était tellement systématique que dès que j'ai un pet de travers, j'ai envie de riz au lait ! Et pour le dîner, elle nous faisait de la purée avec du jambon mouliné dedans, juste avant l'Aspegic poussiéreux que je mettais 1/4 d'heure à boire à la paille. Quand ma grande soeur rentrait de l'école, elle se dépêchait de faire ses devoirs pour me rejoindre dans la chambre et profiter de tous ces petites consolations avec moi.

Quand j'étais petite et que j'étais malade, c'était bien. Maman rendait tout tellement bien !

Aujourd'hui, ça a bien changé. C'est vendredi, et je suis malade. Complètement mala-deuuu. J'ai même loupé le travail, dis-donc. J'ai la grippe, doublée d'une rhinopharyngite. Comme si ça ne suffisait pas. La grippe, la vraie, celle qui fait que même taper sur un clavier te fait mal aux doigts. Celle qui fait que tu as chaud, froid, mal partout, la tête dans un étau, et une fatigue ! Je pourrais dormir des jours ! D'ailleurs c'est ce que je fais. Quant à la rhino, c'est la vraie aussi. Je tousse comme une tondeuse à gazon, je suis sourde comme un pot, je me mouche comme une cocotte-minute prête à exploser, j'ai la voix de Marge Simpson, les yeux gros comme... ceux de Marge Simpson. Une écharpe, un jogging molletonné, une couverture polaire autour des jambes, deux paires de chaussettes 100% laine qui me font des pieds énormes. Top glamour, je vous l'dis !

Si j'étais aussi douée que ma Maman, je me ferais du riz au lait et de la purée, avec un bon « Martine ». Au lieu de ça, j'engloutie des soupes toutes prêtes, je regarde la téléréalité et je me plains… Ah la jeunesse ! C’est plus ce que c’était !

Posté par BarbAcadabra à 22:05 - Abraca... bla bla ! - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 avril 2008

Chanteuses guimauves versus chanteuses Haägen Dazs

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ces dernières années sont, je trouve, particulièrement riches en chanteuses géniales.

Marre des chanteuses à ranger dans des cases. Fini, bien fini, le temps des chanteuses reniflantes à textes guimauve, québécoises (ou non, d'ailleurs). Les Céline, Lara, et autres Isabelle ont assez chouiné, et nous, on a trop pleuré, en pyjama, "All by myself " dans les oreilles, avec le pot d'Häagen Daazs comme seul ami.

Fini aussi, le temps des chanteuses bling-bling se trémoussant dans des combi en sky doré. On a fini par comprendre que pour leur ressembler, supprimer le pot d'Häagen daasz ne suffisait pas et que Photoshop était la seule chirurgie possible. Marre des femmes-objets ! Les Kylie, Britney, Beyoncé et autres Christina peuvent aller se rhabiller.

Marre aussi des chanteuses pré-pubères aguicheuses : out, les Alizée, les Jennifer, les Lorie... A 16 ans, nous, on révisait le brevet entre la bouteille d'Eau Préciseuse et le pot d'Häagen Daasz (toujours fidèle, celui-là).

Fini le formatage ! Alanis Morissette avait déjà ouvert la voie... (la voix ?). Une voix, un style, un ton, une musique, des textes... différents de "Je t'aiiiime, tu ne m'aimes plus, je pleure / je meurs, je vis / je ris..........". Des textes engagés, assumés. Des femmes bien dans leur temps, bien dans leurs bask'. Qui rêvent au prince charmant mais qui savent qu'il peut s'appeler Robert, qu'il peut oublier leur anniversaire ou même aussi partir sans crier gare avec la voisine. Des filles qui voudraient changer ce monde et dont la seule possibilité de le faire est d'écrire, de chanter. Des filles qui ont compris que la poésie, c'est encore ce qu'il y a de plus doux dans la vie. Des filles comme vous et moi... mais avec du talent, quoi !

Amy Whinehouse, Ayo, Duffy, Yaël Nahim, Micky Green, Camille, Kate Nash, Adele, Lili Allen, Nneka, Mig, Vanessa, Katie Melua, Feist, KT Tunstall, Olivia Ruiz, Asa...

Si vous ne les connaissez pas, je vous les recommande. Avec un bon bouquin, un rayon de soleil... et un pot d'Häagen Dasz...pourquoi pas ?

Posté par BarbAcadabra à 22:07 - Abraca... bla bla ! - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2007

Sortie annuelle chez le véto

chat

Si Roméo, mon chat, (pardon, mon amour de chat noir, mon "bébéchanoir", mon "roro d'amou-mour",) avait un agenda, ce serait un tout petit agenda car il a des toutes petites pattes, mais ce n'est pas là que je veux en venir. Donc si Roméo avait un agenda, il aurait un seul rendez-vous par an de noté dedans : le rappel de vaccin, l'incontournable rendez-vous avec le vétérinaire. Je dis l'incontournable car d'autres imprévus s'ajoutent quand même dans l'année, comme une allergie aux aoûtats, un oeil qui coule et que sais-je encore.

Mais revenons à nos chatons. Hier était LE jour fatidique du rappel de vaccin annuel. Quittage de boulot à 17h45, arrivage maison à 18h15, attrapage de chat à 18h20, enfermage dans la "boîte-à-chats" à 18h25, démarrage de la voiture à 18h28, arrivage chez le vétérinage à 18h40... à 19h30 maxi je serais chez moi, prête à réviser mon concours "de dans 2 jours". Mon programme était serré, mais pile poil comme il fallait, et la perspective de cette organisation digne d'une executive woman qui concilie vie professionnelle et familiale (ou plutôt féliniale) me plaisait bien.

J'arrive donc à la maison, avec 5 minutes de retard, merci les convois exceptionnels. Le chat est comme un lion en cage, enfermé depuis 17h pour être sûre qu'il serait là à mon arrivée. Mais qu'est-ce que vous croyez ? Que mettre un chat dans une boîte-à-chats, même si c'est un amour de chat noir, un "bébéchanoir", un "roro d'amou-mour", c'est simple comme bonjour ? Que neni ! Malgré la suggestion de ma soeur de poser un petit morceau de surimi au fond de la cage, je parviens finalement à le tasser tant bien que mal au fond de ce mouroir en plastique qui lui laisse à peine de quoi sortir une moustache... Et voilà on pépère hérissé comme un porc-épic enragé, foelant comme un tigre dans une boîte à chaussures, posé sur la table, dans sa boî-boîte. 18h26, il va falloir courir. Ou plutôt rouler, d'ailleurs.

Sortie express, les clefs dans une main, le chat à poignée dans l'autre, je fonce vers la voiture, ouvre la portière et dépose acrobatiquement la boîte sur le siège passager, mais je suis vite arrêtée par une odeur nauséabonde. Même si je ne suis pas blonde, je me demande l'espace de quelques secondes d'où vient cette fragrance absolument horripilante, quand je sens quelque chose d'humide et de chaud vers mon nombril... Le drame ! Ma tunique est auréolée de jaune orangé, (pas du tout tendance cet automne, à moins d'habiter dans la forêt et de vouloir s'y camoufler, mais qui pourrait bien avoir envie de vivre dans un arbre avec cette saison pourrie ?). Il y en a sur le cache-coeur, le siège conducteur, mes mains, le frein à main... Mon pauvre chat me regarde avec ses yeux de chat potté (cf Shrek 2), baignant dans son pipi. Pas le temps de penser à lui, mais pour ma part, hors de question de rester dans cet état. Déjà que j'ai couru et que j'ai une mèche collée au front... Je rentre dans la maison, me lave les mains, me déshabille en m'arrangeant pour que la "tunique parfum pipi, coloris feuille d'automne" ne touche pas mon visage, me passe une lingette de bébé sur le ventre, et demande en urgence à ma soeur de m'attraper un tee-shirt. Evidemment, elle m'en attrape un à elle super moulant en V couleur parme (je suis bien plus "charnue" qu'elle) mais tant pis, pas le temps de tergiverser. Je re-saute dans la voiture avec mon chat plein de pipi saucissonnée dans le tee-shirt parme, telle un jambon (de Parme).

Sur le chemin, je réalise que je n'ai pas acheté Le Monde aujourdh'ui (oui, je suis contrainte de lire Le Monde car je vous rappelle que je passe un concours). A 18h43, je m'arrête à la librairie. Dans le casier du Monde, plus de journaux. Ils doivent en avoir en réserve. Je m'approche de la caisse mais je me fais devancer par une maman et son adolescente. "Bonjouuuuuuuuur....... c'est pour saaaavooooir si vous aveeeeez Germinaaaaaaale de euh.... c'est qui déjaaaaà ? Ah ouaiiiiiis, c'est de Emile Zolaaaaaaa". Plus gnangnan, tu meurs. 3 heures pour faire une phrase. Et elle veut la même édition que c'est copines, sinon "c'est trop la hooooonte". Alors le vendeur, aussi mou, prend note dans son carnet de commandes. J'assiste à cette scène, en transe tellement je suis speed, toujours avec cette deuxième peau parme qui ne laisse échapper aucun détail de mon anatomie et épouse parfaitement le moindre petit trop-plein de chair qui s'échappe de mon jean, les cheveux plaqués de sueur, et de moi se dégage un improbable mélange de pipi de chat hystérique et de bébé poudré au talc qui me donne la nausée. Mon tour arrive. "Le Monde ? On ne l'a pas reçu aujourd'hui"....

Je retourne dans ma voiture, énervée, aussi hérisée que mon chat, direction le véto en me disant que le sujet du concours sera forcément la Une du Monde d'aujourd'hui.....

En salle d'attente, y'a du berger allemand, du bichon, du colley... Tout le monde rit car la boîte de mon chat bouge toute seule en grognant. Au moins, ça détourne l'attention de mon look insolite. Mon tour arrive, la véto pique mon chat, (j'hésite d'ailleurs à lui demander de me vacciner contre la RAGE), l'assistante nettoie la boî-boîte, je paye, et je repars à ma voiture, absolument frigorifée car je vous le rappelle, je n'ai qu'un tee-shirt (parme) sur le dos. Impossible d'entrer dans la voiture sans aérer avant, donc je m'enrhume.

Re-déposage du chat à sa maison, retour seule à ma maison. Il est 19h54. Besoin urgent de lingettes désinfectantes pour la voiture et de Febreze. Le vigile de Champion me dit "mademoiselle, on ferme". Et là, avec mon look de folle, les yeux injectés de sang, je le fixe et le supplie : "SVP Monsieur ! Il faut ABSOLUMENT que je nettoie ma voiture ! ". Le vigile est tellement subjugué qu'il me laisse entrer. Une folle en sueur, qui sent le pipi de chat, en tee-shirt (il fait 11°C) qui veut nettoyer sa voiture à 8h du soir sur le parking du Champion..... Ca lui fera un truc à raconter à sa femme et ses gamins ce soir, au dîner.

Bref, tout cela pour dire que l'année prochaine, je consulterai le tout petit agenda de mon Roméo, (pardon, mon amour de chat noir, mon "bébéchanoir", mon "roro d'amou-mour",) je chercherai le seul rendez-vous de son année de chat, et ce jour-là, croyez-moi, je poserai un jour de congé.

Posté par BarbAcadabra à 22:13 - Abraca... bla bla ! - Commentaires [0] - Permalien [#]